« 9 mois ferme » : Un pur moment de folie avec Sandrine Kiberlain et Albert Dupontel

Bon anniversaire à l’actrice et chanteuse Sandrine Kiberlain née le 25 février 1968.

Après avoir intégré le Cours Florent puis le Conservatoire National Supérieur d’art dramatique, elle apparaît à l’écran pour la première fois dans le film « Cours privé » de Pierre Granier-Deferre (1986). En 1996, elle obtient le César du Meilleur espoir féminin pour son rôle dans « En avoir (ou pas) » de Laetitia Masson. La même année, elle reçoit le Molière de la révélation théâtrale pour son rôle dans « Le Roman de Lulu » signé David Decca. Elle obtient le César de la Meilleure actrice dans « 9 mois ferme » d’Albert Dupontel (2013). Artiste complète, elle se lance dans la chanson, en 2005, et écoule 100 000 exemplaires de son premier album « Manquait plus que ça ».

21030330_20130823114607709Synopsis : Ariane Felder, 40 ans, adore son métier de juge d’instruction et y consacre sa vie. Elle est d’autant plus surprise quand elle apprend qu’elle est enceinte. Or, la célibataire endurcie n’a aucun souvenir d’avoir couché avec quelqu’un. Elle mène son enquête et découvre que le soir du 31 décembre, elle a fait l’amour complètement saoule avec un inconnu. Enfin, inconnu, pas des services de police : il s’agit de Bob, un psychopathe qui a mangé les yeux de sa victime. Alors qu’il ne sait rien sur sa future paternité, celui-ci demande à la juge de l’aider à l’innocenter. L’affaire est mal engagée car les preuves qu’il lui donne sont plus farfelues les unes que les autres…

Comme dans les grandes comédies américaines sur l’attirance des contraires, Albert Dupontel a inventé un couple excessif et absurde : un cambrioleur bas de plafond (qu’il interprète), accusé de gober, comme des oeufs, les yeux de ses victimes, et une juge coincée (Sandrine Kiberlain, aussi fantaisiste que la Danielle Darrieux des années 1930), qui, sous l’emprise de l’alcool, devient ingérable. Six mois après un nouvel an très alcoolisé dont elle ne se souvient pas, Ariane se retrouve enceinte. Mais de qui ? Après une enquête désordonnée, elle se convainc — quelle horreur ! — que le géniteur n’est autre que le gobeur d’yeux, qu’elle doit précisément inculper. Mais le « tueur » s’évade, s’introduit chez elle et la séquestre en la suppliant de l’aider à prouver son innocence…

Ils sont totalement étrangers l’un à l’autre. Pourtant, leur cohabitation forcée leur permet, insensiblement, de se découvrir différents : lui, un peu moins débile ; elle, beaucoup moins crispée. La folie douce de la première partie s’apaise : dans l’appar­tement d’Ariane, un mouvement de caméra circulaire, digne de Michel Deville (dont Dupontel fut l’interprète dans La Maladie de Sachs), accentue leur complicité. Brio technique que confirme l’ouverture du film : un plan-séquence étonnant… Le reste du temps, les portes claquent, les objets tombent, Sandrine Kiberlain s’assomme contre une porte, Dupontel s’invente des alibis déments. Comme dans le grand cinéma français de jadis, les seconds rôles rivalisent avec le couple vedette : surtout Nicolas Marié, irrésistible en avocat bête et bègue, dont la plaidoirie finale atteint des sommets de loufoquerie dingue. Un pur moment de folie. — Pierre Murat – Critique du 05/03/2016 dans telerama

Réalisé par Albert Dupontel (2013)

Avec Albert Dupontel (Bob) , Michel Fau , Terry Gilliam Voir la distribution

9 MOIS FERME : la Bande Annonce Délirante !

Petite fille solitaire qui aime faire rire son entourage, Sandrine Kiberlain est très tôt attirée par la comédie. Lycéenne, elle parle de ce désir à Francis Huster, qui lui propose de venir observer le travail des élèves du Cours Florent. Le bac en poche, elle y sera admise en classe libre. Elle intègre ensuite le Conservatoire (en ayant passé des scènes du Cid et de… Annie Hall) avec pour prof Daniel Mesguich. Au cinéma, après plusieurs apparitions (Cours privé en 1986, Cyrano de Bergerac en 1990), elle décroche le rôle d’une call girl dans Les Patriotes de Rochant, prestation qui lui vaut une nomination au César du Meilleur espoir en 1995. Sollicitée par les jeunes réalisatrices, de Sophie Fillières à Laurence Ferreira Barbosa, en passant par Pascale Bailly, l’actrice rencontre bientôt une autre cinéaste prometteuse, Laetitia Masson, qui lui offre le rôle principal de son premier … Lire la suite

A la fin des années 80, Albert Dupontel se forme à la comédie au Théâtre National de Chaillot. C’est à cette période qu’il débute sur grand écran dans La Bande des quatre de Jacques Rivette et Encore de Paul Vecchiali. Mais c’est en 1991, sur scène que le comédien se fait véritablement connaître du grand public avec son one man show Sale spectacle, qu’il joue à l’Olympia. Son humour féroce et décalé en fait alors l’un des artistes les plus originaux de l’époque.Fort de sa popularité scénique, Albert Dupontel s’illustre en 1995 dans Un héros très discret de Jacques Audiard. Nommé aux César dans la catégorie Meilleur second rôle masculin, il s’attire le respect de la profession. Un an plus tard, il réalise son premier long métrage, Bernie, dans lequel il s’offre également le rôle-titre. Le ton unique du film, décapant et provocateur, ne fait pas l’unanimité, mais impose la personnalité de … Lire la suite

ob_462626_ob-056637-p1150922Philippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des et membre correspondant du CLAMOR Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice …

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Une réflexion au sujet de « « 9 mois ferme » : Un pur moment de folie avec Sandrine Kiberlain et Albert Dupontel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s