« Marion du Faouët » incarnée avec fougue et émotion par Carole Richert

« A défaut d’être un jour l’avenir de l’homme, la femme est-elle celui de la fiction télé ? A en juger par le nombre croissant d’«héroïnes récurrentes» (gendarmettes, avocates, fliquesses, infirmières, pas une fiche Onisep qui ne soit recyclée en personnage de téléfilm), l’urgence d’instaurer des quotas concernerait plutôt, en ce qui concerne le petit écran, le sexe masculin, sensiblement mis sur la touche par les productions actuelles. Cependant, Marion du Faouët ne doit pas être confondue avec les jolies pépées de fiction, canonisées dans l’épuisante bonté qu’elles témoignent aux autres dans l’exercice de leur profession. Comme la plupart de ses consoeurs télé, elle a existé pour de vrai, mais ses états de service en font un personnage autrement excitant: sous le règne de Louis XV, dans les années 1740, aux confins du Finistère et du Morbihan, Marie Tromel, jeune fille pauvre contrainte à mendier sur les marchés, devient, par esprit de rebellion et par amour pour un aventurier de passage, Marion du Faouët, flamboyante reine des voleurs aux cheveux rouges. A mi-chemin entre Robin des Bois (détroussant les nantis pour nourrir les pauvres) et Ma Dalton (en nettement plus attrayante, toutefois, mais avec la même capacité à commander les malfrats), cette rebelle de légende paya du prix du gibet une liberté conquise à la pointe de l’épée.

Ce personnage en or massif a inspiré, ces trente dernières années, de nombreux réalisateurs auxquels la télé n’a bizarrement pas donné la possibilité de passer à l’acte. Parmi les fans frustrés de Marion, Michel Favart, qui, après des Alsaciens de bonne tenue diffusés à la rentrée sur Arte, a enfin pu redonner, en adaptant le scénario de Catherine Borgella, une vie à cette figure de la Bretagne. Laquelle est incarnée avec fougue et émotion par l’Alsacienne Carole Richert, habitée par la force de persuasion, le charme et le courage physique nécessaires à la profession de meneuse d’hommes. L’avantage énorme de cette femme hors norme, c’est qu’elle imprime au téléfilm une cadence aussi effrénée que les larcins commis par la bande de brigands. Ce qui, mine de rien, évite les langueurs inhérentes au genre «téléfilm d’époque», dans lequel on a toujours un peu l’impression qu’il faut rentabiliser la location des costumes et la construction des décors. Car la vie de brigande n’est pas de tout repos, et devrait susciter bien peu de vocations chez les télespectatrices: en quinze ans de «carrière», Marion du Faouët aura été pourchassée sans relâche (notamment par un officier de la brigade de gendarmerie, Guillain Pécourt, incarné par le formidable Vincent Wintherhalter), battue, violée, mais elle aura aussi aimée de trois hommes. Le premier, Henry (Bruno Todeschini), celui qui l’entraîne sur les grands chemins et lui donnera deux filles, meurt pendu en 1747, sans l’avoir dénoncée sous la torture. Olivier Guilherm (Laurent Malet), son ami d’enfance, fils de bourgeois, renonce à tout pour la suivre mais doit se satisfaire de son rôle d’âme damnée. Quant à Gabriel de Robien, seigneur de la Motte et Pontlo (François Marthouret) chez lequel elle se réfugie un temps, escroc aristo dont le cynisme cache assez mal un grand vide existentiel, il se conduit comme un parfait pignouf. Toutes mésaventures qui n’empêcheront pas Marion de tuer s’il le faut (quitte à se précipiter à l’église, en bonne Bretonne, pour jurer devant Dieu de ne plus jamais verser le sang), de détrousser tout ce qui passe dans son rayon d’action, ni de marcher la tête haute vers une issue inévitablement tragique. Qui ne lui garantira même pas, contrairement à ses collègues mâles Cartouche ou Mandrin, une petite place dans la postérité. Servie par une réalisation classiquement efficace et une interprétation sans faille (à quelques acteurs polonais près ­ à leur décharge, pas gâtés par le doublage), Marion du Faouët accèdera ainsi peut-être enfin à une reconnaissance nationale méritée. »… Par Anne BOULAY 17 mars 1997 dans Libération

De Michel Favart

Résumé : De son vrai nom, Marie-Louise Tromel, Marion naquit le 6 mai 1717 dans le petit hameau misérable de Porz-en-Haie, près du Faouët. (Morbihan). Elle est poussée à mendier, chose courante dans la Bretagne du XVIIIe siècle. Elle accompagne sa mère dans les pardons pour y vendre de la mercerie, des lacets, de la tresse et des cribles à tamiser le grain. Elle est aussi chapardeuse. Jeune fille, elle montrera des attitudes de plus en plus audacieuses et effrontées.

Auteur : Catherine Borgella est scénariste pour la télévision et réalisatrice pour des documentaires. Elle est également membre de la Commission Audiovisuelle à la S.G.D.L (Société des Gens De Lettres). Diplomée d’histoire et amoureuse de la Bretagne, Marion du Faouet est le seul roman que j’ai pu trouver écris de sa main.

Edition : Robert Laffont

Genre : Historique

Date de parution : 12 Septembre 1999

Actrice incontournable de la série Clem sur TF1, Carole Richert naît le 28 septembre 1967 à Stras­bourg. Très jeune, elle se découvre une passion pour la comé­die et se voit déjà deve­nir actrice.

Elle s’en­vole pour Paris, où elle rejoint le Conser­va­toire Natio­nal Supé­rieur d’Art Drama­tique, avec lequel elle fait ses premiers pas sur scène. Si le théâtre lui permet de se former, c’est à la télé­vi­sion et au cinéma qu’elle se sent le plus à l’aise. En 1991, elle fait ses débuts sur grand écran avec les films Chero­kee puis Tous les matins du monde, où elle joue sous la direc­tion d’Alain Corneau. En paral­lèle, le petit écran lui ouvre les bras.

En 1995, elle appa­raît dans la série La Rivière Espé­rance, où son rôle de Marie Para­dou lui permet de se révé­ler au grand public. Dès lors, la jeune femme ne cesse d’en­chaî­ner les rôles au cinéma et à la télé­vi­sion. Les Français peuvent la décou­vrir aux côtés de Michel Bouje­nah dans 3 amis ou au casting de séries popu­laires comme Louis Page, Section de recherches et José­phine, ange gardien. En 2010, elle rejoint le casting de la série Clem aux côtés de Victo­ria Abril.

Côté vie privée, Carole a été mariée avec l’ac­teur Daniel Rialet de 2003 jusqu’à son décès en 2006. En couple pendant de nombreuses années, ils sont parents de deux enfants : Pauline, née en 1996, et Vincent, né en 2000. La biographie de Carole Richert avec Gala.fr

ob_462626_ob-056637-p1150922Philippe Poisson – Ancien formateur des Personnels (ENAP), gestionnaire du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … et membre correspondant du CLAMOR Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice …

Autres sites :

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée …

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s