Julie Delarme, prix de la meilleure interprétation féminine (festival de fiction de St-Tropez 2005) : « Le Silence de la mer »

Synopsis et détails : Pendant la Seconde Guerre mondiale, en France occupée. Un vieil homme et sa petite-fille vivent paisiblement dans leur maison de campagne, jusqu’au jour où Werner, un officier allemand, vient s’installer chez eux. Féru de culture française, ce conquérant paisible et mélomane s’efforce chaque soir de faire partager sa passion de la musique à ses «hôtes». Ceux-ci préfèrent garder le silence, manifestant ainsi à leur manière l’aversion que leur inspire l’occupant allemand, aussi même charmeur et volubile. Lors d’une visite à Paris, Werner découvre les véritables intentions de ses compatriotes. Il en revient écoeuré et honteux…

Téléfilm de Pierre Boutron, d’après Vercors (Fr., 2004). Scénario et dialogues : Anne Giafferi. 100 mn. Rediff. Avec Julie Delarme, Michel Galabru, Thomas Jouannet.

C’est comme si le film de Jean-Pierre Melville, en 1947, avait inhibé le désir de générations entières de réalisateurs. Car, depuis l’adaptation pour le cinéma, cinq ans après la sortie du roman, aucun artisan de la télévision n’avait encore relevé le défi. Pierre Boutron a osé, enfin, trancher dans nos mémoires tout entières colorées de noir et blanc. Mais le réalisateur a de sacrés atouts. Deux comédiens hors pair. Michel Galabru en grand-père digne et résigné, qui couve avec distance sa grande petite-fille, ultime survivante de sa descendance. Une très touchante Julie Delarme, dont la force intérieure semble pouvoir faire chavirer l’image.

On les voit tous les deux faire front, dans le même élan de résistance passive, face à l’occupant qui vient réquisitionner leur toit et loger – sacrilège ! – dans la chambre des morts. Si le huis clos est moins tendu, parce que moins « enfermé » peut-être que dans le film de Melville, l’étau des contradictions dans lequel la jeune fille est prise y semble d’une force tout aussi insurmontable. Source : Critique du 25/04/2009 par Emmanuelle Bouchez sur telerama

Les Éditions de Minuit ont été conçues par Vercors à l’automne 1941 et créées par lui avec Pierre de Lescure. Le Silence de la mer est le premier titre à y être publié. Une vingtaine d’autres suivront jusqu’à la Libération, mais c’est le texte inaugural de Vercors qui connaît le plus grand retentissement. Cette sobre histoire, où une famille française s’oppose par le silence à l’officier allemand qu’elle a été obligée de loger, est un plaidoyer implacable contre la barbarie hitlérienne. Sous la calme surface des eaux, c’est la terrible «mêlée des bêtes dans la mer» qui se trouve soudain révélée, et toute «la vie sous-marine des sentiments cachés, des désirs et des pensées qui se nient et qui luttent».

Les récits qui accompagnent ici Le Silence de la mer ont une portée peut-être moins complexe mais tout aussi forte. Tous lancent un vibrant appel aux vertus d’un humanisme conscient de ses devoirs. Postface de Yves Beigbeder. – Date de parution : 01/01/1967Éditeur d’origine : Albin Michel

Née en 1978 à Boulogne-sur-Mer, Julie Delarme débute au cinéma alors qu’elle étudie l’his­toire de l’art et l’ar­chéo­lo­gie en passant un casting pour le film, C’est la tangente que je préfère, en 1998. Dans ce film, elle y incarne Sabine, l’hé­roïne. Pour ce premier rôle au cinéma, elle remporte le prix du meilleur espoir euro­péen du film de Genève. La même année, elle se retrouve à l’af­fiche du film poli­cier, Le Poulpe, aux côtés de Clotilde Courau et Jean-Pierre Darrous­sin.

Ne se limi­tant pas au cinéma, Julie Delarme se retrouve à l’af­fiche de plusieurs pièces de théâtre : La Ceri­saie, L’Heu­reux Stra­ta­gème. Ses inter­pré­ta­tions sont saluées par de nombreuses récom­penses dont le prix de la fonda­tion Charles Oulmont et le prix Jean-Jacques Gautier qui récom­pense les jeunes talents. En 2001, elle débute sa carrière à la télé­vi­sion avec un second rôle dans Madame Sans-Gêne de Philippe de Broca, puis L’Af­faire Domi­nici au côté de Michel Serrault. Elle reçoit le prix d’in­ter­pré­ta­tion fémi­nine au Festi­val de la fiction TV de Saint-Tropez en 2005 pour son rôle dans Le Silence de la mer. Elle intègre le casting de la série Caïn de France 2, en 2012. Elle y incarne le lieu­te­nant Lucie Delambre, la parte­naire du person­nage prin­ci­pal. Biographie établie sur le site de Gala

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s