Romane Bohringer interprète une femme qui se bat pour la réhabilitation de son mari, fusillé en 1914 (Blanche Maupas)

Exécution de deux soldats près de Pierrefonds (60), juillet 1915 - © SHD GR 2 K 176Rappel historique : Base de données des militaires et civils fusillés en application d’une décision de la justice militaire ou exécutés sommairement durant la Première Guerre mondiale

Fruit d’un travail de dépouillement qui n’avait jamais été réalisé de manière systématique dans les archives des conseils de guerre, la base ici présentée permet de consulter intégralement les dossiers de procédure et les minutes de jugement conservés au Service historique de la Défense à Vincennes, pour chaque individu – militaire ou civil, français ou étranger – fusillé par la justice militaire française au cours du conflit, pour quel que motif que ce soit, aussi bien au front qu’à l’arrière.

Les 1009 fusillés et exécutés sommaires recensés, relèvent donc aussi bien de cas de désobéissance militaire que d’affaires d’espionnage ou de droit commun. Du fait des lacunes causées par les aléas de l’histoire, qui ont pu être en partie compensées par le fichier des militaires morts de la Première Guerre mondiale, tous les fusillés connus ne sont pas documentés. Pour cette même raison, le corpus est susceptible de s’enrichir.

La numérisation des archives des conseils  de guerre et leur mise en ligne répondent à la demande formulée par le Président de la République lors du lancement des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale le 7 novembre 2013. Ce projet a par ailleurs reçu l’autorisation de la CNIL dans une délibération en date du 10 juillet 2014. Mémoire des hommes.

Délibération n°2014-301 du 10 juillet 2014

(Textes d’Agnès Chablat-Beylot et Bertrand Fonck, Service historique de la Défense)

085277-jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxxÉté 1914. L’instituteur Théophile Maupas reçoit sa lettre de mobilisation. Il est affecté en Champagne, dans  » l’enfer de Suippes « . Des tranchées, il écrit de longues lettres à sa femme Blanche, institutrice elle aussi. Début mars 1915, elle est sans nouvelles. Blanche apprend que son mari, devenu caporal, a été fusillé pour l’exemple avec trois autres camarades. Le motif : refus de se battre. Elle ne peut croire cette version officielle. Un long combat commence pour Blanche au nom de la vérité…

Date de sortie 25 mai 2016 en VOD (1h 30min)

De Patrick Jamain

Avec Romane Bohringer, Thierry Frémont, Jean-Francois Garreaud plus

Genres Historique, Drame

Nationalité Français

188582_bohringerFille de l’acteur français Richard Bohringer, Romane Bohringer fait sa première expérience du septième art aux côtés de son père pour le film Kamikaze, alors qu’elle est encore adolescente. L’année de son bac, elle est engagée au théâtre par Peter Brook pour incarner Miranda dans La Tempête de Shakespeare. Cette expérience la bouleverse et la persuade définitivement de devenir comédienne.

En 1992, Cyril Collard lui confie le rôle douloureux de Laura dans ses Nuits fauves. Succès-surprise, ce film lui apporte la célébrité et un César du Meilleur Espoir Féminin. Elle aime à camper des personnages tourmentés, jeune fille effacée vivant par procuration chez Claude Miller (L’ Accompagnatrice), peintre introvertie pour Martine Dugowson (Mina Tannenbaum) ou encore déséquilibrée manipulatrice chez Gilles Mimouni (L’ Appartement). Forte de sa popularité, Romane Bohringer est engagée en 1995 dans une grosse production européenne : elle incarne la femme envahissante de David Thewlis dans Rimbaud Verlaine d’Agnieszka Holland.

A la fin des années 1990, elle mène une activité théâtrale dense et s’éloigne un peu du grand écran, choisissant ses rôles avec parcimonie. Après quelques films confidentiels et courts métrages, Romane Bohringer revient sur le devant de la scène en 2001 avec le conte fantastique Le Petit Poucet. L’année suivante, sa route croise celle du réalisateur Benoît Cohen, qui lui offre l’un des rôles principaux de Nos enfants chéris puis de Qui m’aime me suive en 2005. L’actrice n’hésite pas à participer à des projets ambitieux : elle prête sa voix au documentaire animalier de Luc Jacquet, La Marche de l’empereur, suit Chantal Richard en Afrique pour le mélancolique Lili et le baobab, soutient le premier long métrage du jeune Djibril Glissant en incarnant une mystérieuse jeune femme dans son Eclaireur et n’hésite pas à jouer son propre rôle dans le film de Richard Bohringer, C’est beau une ville la nuit, adaptation de son roman homonyme. Source : allocine


indexParution du livre le 12 novembre 2009 – Mars 1915. Le ministère de la Guerre informe Blanche Maupas institutrice au Chefresne (Manche), que son mari Théophile, caporal dans les tranchées,  » a été passé par les armes après dégradation militaire pour refus d’obéissance « .  » Mort ignominieusement « , précise le document officiel. Une autre femme se fût sans doute réfugiée dans l’obscurité et l’oubli. Blanche, elle, s’insurge : pour elle, l’exécution de Théo est un crime, Seule face au mensonge patriotique et militaire, elle n’aura de cesse d’obtenir sa réhabilitation.

Malgré l’opprobre quasi général, elle accumule les témoignages, reconstitue les faits, se bat pour qu’éclate la vérité sur l’affaire des quatre caporaux de Souain, fusillés pour l’exemple… Le charisme de Blanche, son talent oratoire font des miracles. Bientôt rejointe par la Ligue des droits de l’homme, les syndicats d’instituteurs, le Grand-Orient de France, de nombreuses associations d’anciens combattants, Blanche la révoltée n’est plus seule.

C’est désormais une héroïne qui soulève l’opinion publique… Macha Séry et Alain Moreau ont reconstitué la véritable histoire de cette rebelle et de son combat.

Macha Séry, journaliste au Monde depuis 1995 et romancière, est l’auteur d’un roman, Les Cendres du soupçon (éd.Philippe Bey, 2007). Alain Moreau, scénariste, auteur de nombreux téléfilms et documentaires parmi lesquels Fusillés pour l’exemple (2003), a signé le scénario et les dialogues du téléfilm Blanche Maupas réalisé pour France 2 par Patrick Jamain, avec Romane Bohringer et Thierry Frémont.

 Éditeur : Archipel (L’)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s