L’affaire Henriette Caillaux – Les grands procès du XXe siècle

Le 16 Mars 1914, Henriette Caillaux, épouse du Ministre des Finances, tire à bout portant sur le journaliste Gaston Calmette, directeur du journal Le Figaro.

Invitée de l’émission RTL de Jacques Pradel du 4 janvier 2017 : Stéphanie de Saint Marc, maître de conférences à l’université Paris II Panthéon – Assas. Auteure du livre « Les grands procès du XXème siècle »  qui vient de paraître aux Éditions Robert Laffont (Collection Bouquins).

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission de L’Heure du crime

7785529765_les-grands-proces-du-xxeme-siecle-par-stephanie-de-saint-marc-robert-laffondParution du livre le 13 octobre 2016 – Il existe nombreux recueils réunissant les procès à sensation de telle ou telle grande période de l’histoire. Le propos de ce livre est tout différent. Son originalité est de montrer le lien et la continuité entre les différentes affaires judiciaires évoquées et de raconter à travers elles l’histoire du XXe siècle. Treize procès ont été sélectionnés dans le but d’apporter au lecteur un éclairage singulier sur la vie politique et sociale de cette époque, de la première à la seconde Guerre mondiale, puis de cette dernière à la guerre d’Algérie.

De 1914, avec le procès Henriette Caillaux, lever de rideau spectaculaire sur le siècle, à 1960 avec le procès des barricades, qui saisit l’Algérie à un moment-clé de cette guerre, où les rapports entre les forces en présence se préparent à basculer et où la légitimité va changer de camp. Les procès sont autant de fenêtres sur l’histoire, mais aussi une plongée au cœur d’un drame intime, le drame de celui ou de celle dont le sort se joue dans le prétoire.

C’est sa voix que l’auteur a d’abord cherché à entendre, étonnamment restituée grâce à la trace laissée par les sténographies des débats judiciaires. Celle de Pierre Mendès France était jusqu’à aujourd’hui inédite : pour la première fois, on entend l’ancien ministre du Front populaire clamer son innocence devant le tribunal militaire de Clermont-Ferrand face à l’accusation de désertion portée contre lui.

D’autres par leur personnalité dérangeante impriment leur marque au procès, comme Laval ou même comme Petiot, qui ont marqué de leur fougue et de leur désordre le cours des débats. Des femmes criminelles, aux motivations parfois insondables, telles les soeurs Papin, figurent-elles aussi au banc des accusés. Des procès d’Henriette Caillaux et Violette Nozière, à ceux d’Alexandre Stavisky et Victor Kravchenko, on est ici au carrefour de l’individuel et du collectif, et par là au coeur des enjeux de l’époque.

La violence non seulement verbale mais physique de la vie politique, la vigueur des extrémismes, traversent les affaires du début du siècle, dans lesquels l’Action Française pèse de tout son poids, portée par la figure emblématique de Léon Daudet. De cette violence, la France de Vichy sera en partie l’héritière, illustrée ici par quatre procès particulièrement révélateurs. Des années 1920 et 1930 aux heures de l’après-guerre, la forte présence de l’influence communiste, la gloire dont le parti est auréolé grâce à la Résistance, expliquent l’aveuglement des intellectuels les plus éminents qui, lors du procès Kravchenko, refusent d’ouvrir les yeux sur les atrocités du régime stalinien.

La guerre d’Algérie, qui marque pour la France la fin tragique de la décolonisation, est illustrée par deux procès mettant en scène le rôle des différents protagonistes du conflit, des rebelles algériens aux porteurs de valises, et des activistes de l’Algérie française à une partie de l’armée. Suivre ces treize procès permet aussi au lecteur de porter un regard cru sur le fonctionnement de la Justice en temps de crise et d’observer les liens souvent équivoques que celle-ci entretient avec le pouvoir central.

Présumée indépendante et impartiale, supérieure et équitable, elle se révèle perméable à l’air du temps comme aux pressions politiques, et ainsi conforme à une réalité qui garde une actualité immuable.

Stéphanie de Saint Marc est maître de conférences en droit à l’université Paris II Panthéon-Assas. Elle est l’auteur de Nadar, une biographie parue en 2010 aux éditions Gallimard (coll.  » NRF Biographies « ) et collabore au Monde des Livres.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s