Expo à Paris. L’espionne qui venait de Plestin : Jeanne Bohec

Expo à Paris. L’espionne qui venait de Plestin

La guerre de l’ombre livre ses secrets au Musée de l’Armée à Paris. Et met à l’honneur une Trégorroise, Jeanne Bohec.

Actions clandestines et subversives, opérations d’intoxication et de propagande en temps de guerre comme en temps de paix : pour la première fois, une exposition est consacrée aux hommes et aux femmes qui s’engagent dans l’ombre et aux moyens dont ils disposent. Une expo intitulée « Guerres secrètes », à la manière d’un best-seller de Ludlum ou Clancy, et présentée au Musée de l’Armée, aux Invalides, à Paris. Avec le soutien, entre autres, de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure).

Autant dire que c’est du sérieux, rien moins que les grandes heures de l’espionnage et du contre-espionnage. Machine de cryptage Enigma, dague de Lawrence d’Arabie, bagues à cyanure, parapluie « bulgare », « vrais » costumes de James Bond, 380 objets du parfait espion sont présentés. Jusqu’au compte rendu de tests de recrutement subis par une jeune chimiste venue rejoindre la France Libre. A l’honneur aux côtés d’une figure du KGB comme Vetrov (la fameuse affaire Farewell), une petite bonne femme d’1m49… native de Plestin-les-Grèves. Partie le 18 juin 1940 au soir pour l’Angleterre sur un remorqueur, sans même avoir entendu parler d’un certain général de Gaulle…

09/12/2016 à 19:33 par Erwann Hirel

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site le tregor

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s