Archives mensuelles : décembre 2016

Anne Frank a-t-elle été dénoncée?

Publié le Dimanche 18 Décembre 2016 – «L’adolescente juive Anne Frank et sa famille pourraient avoir été découverts par hasard dans leur appartement secret d’Amsterdam, et non suite à une délation comme souvent avancé», a affirmé le musée Anne Frank dans la nuit de vendredi à samedi.

Une nouvelle étude suggère que les policiers venus effectuer une perquisition à l’adresse où se cachait l’adolescente enquêtaient en réalité sur des fraudes aux tickets de rationnement et sur des emplois illégaux.

Des employés d’une autre entreprise, basée dans le même bâtiment que la cache secrète d’Anne Franck, auraient été arrêtés quelques mois plus tôt pour trafic de tickets de rationnement. Suite à des aveux, les policiers auraient mené une perquisition au cours de laquelle les clandestins auraient été découverts purement et simplement par hasard.

 «Cette nouvelle étude ne réfute pas la possibilité que les clandestins aient été dénoncés mais démontre que d’autres scénarios doivent également être examinés», a affirmé le directeur exécutif du musée, Ronald Leopold. «Espérons que d’autres chercheurs voient l’intérêt de suivre ces nouveaux indices». (Source : sudinfo.be)

L’hôpital en France : Du Moyen Âge à nos jours, Histoire et architecture

hopital-en-france-2-volume-webHistoire et architecture des hôpitaux français

Comment est-on passé de la salle commune à la chambre individuelle ? Comment l’hôpital, d’abord hospice, est devenu établissement de soins ? Quelle est l’histoire des maternités, des lazarets, des asiles d’aliénés ? Autant de réponses à découvrir dans le voyage architectural à travers toute la France auquel invite ce bel ouvrage illustré de 592 pages, qui retrace l’histoire de l’hôpital et de son architecture en France du Moyen-Âge à nos jours.

L’hôpital, entre charité chrétienne et hygiénisme

Jusqu’au siècle des Lumières, l’hôpital, lieu de charité chrétienne et d’exclusion sociale, est aussi le premier outil d’une politique sanitaire balbutiante. L’incendie de l’hôtel-Dieu de Paris, en 1772, est le catalyseur d’une double réflexion sur la prise en charge des démunis et sur les réponses architecturales accordées à une première médicalisation de l’hôpital. Ainsi architectes et médecins poursuivent tout au long du XIXe siècle la même chimère : une architecture en mesure de soigner le corps et l’esprit. L’hygiénisme impose alors durablement le plan en « double peigne » puis le système du pavillon isolé tandis que les découvertes de Pasteur tardent à faire valoir leur logique. Inversement, dans l’Entre-deux-guerres, ce sont les données économiques, sociales et architecturales qui précèdent la révolution de l’antibiothérapie pour donner naissance à l’hôpital-bloc. Les Trente Glorieuses appliquent à l’institution leur politique centralisatrice, prescriptrice de modèles fonctionnels. Aujourd’hui, les maîtres mots sont désormais humanisation et insertion urbaine.

Explorer l’histoire des hôpitaux en France revient à cheminer auprès du pèlerin, de l’indigent, du marginal, du déviant, du fou, de l’enfant abandonné, du vieillard, de l’infirme, du malade, aujourd’hui du patient. C’est surtout découvrir, présents dans toutes nos villes, des bâtiments d’exception.

La 1ère édition a reçu la médaille d’or de la société française d’histoire des hôpitaux en 2014.

Extraits de la préface de Claude Mignot

L’histoire de l’hôpital est à tout à fait exemplaire de ces glissements progressifs, presque insensibles quand on travaille sur une période courte, mais spectaculaires quand on prend le sujet dans toute son ampleur : de la salle médiévale, qui n’offre qu’un abri, et un abri dangereux, aux machines à guérir ultra-spécialisées d’aujourd’hui, dont les programmes fournis par les maîtres d’ouvrage aux architectes comptent plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de pages.

On pourra donc faire une double lecture de ce livre : on y trouvera une histoire complète et détaillée sur la longue durée et jusqu’au temps présent de l’hôpital en France, mais aussi une très belle illustration de méthode. La clé de l’architecture est sans doute du côté de la construction et sa poésie du côté des ornements, mais les causes profondes de son évolution se trouvent d’abord du côté des programmes et de ce qui les conditionne (mœurs, usages, mentalités, société, etc.).

Les auteurs de ce très bel ouvrage de synthèse sur les hôpitaux français n’ont pas organisé leur matière en fonction de l’histoire des styles, mais bien en fonction des causes profondes de l’évolution des hôpitaux, c’est-à-dire en fonction d’une conception très large de la médecine, incluant les connaissances vraies ou fausses sur la transmission des maladies, mais aussi en fonction de la législation sur la santé publique. Ils rendent donc lumineux ce lent processus, avec ses moments de basculements et de brusques accélérations, qui remodèle leur objet. Ils n’en négligent pas pour autant les autres facettes, des structures constructives aux styles et aux ornements. L’illustration, toujours judicieuse, offre à cet égard un tableau historique fascinant qui permet soit de descendre dans le fil du temps, soit d’y remonter, soit encore de faire de magnifiques arrêts sur image. Ces bâtiments en effet portent en eux des leçons d’architecture : ils montrent que celle-ci, lorsqu’elle est belle, a pu et peut encore apporter aux cœurs des hommes une joie ou une sérénité, lesquelles peuvent aussi contribuer à la guérison.

Au moment où le patrimoine hospitalier français connaît un bouleversement profond, à la fois par l’émergence de toute une génération de nouveaux hôpitaux (où l’excellence médicale n’est pas toujours au rendez-vous, tant les problèmes sont devenus complexes), et par la désaffectation de nombreux hôpitaux anciens, qui paraissent obsolètes, ce qui conduit parfois à leur disparition et trop rarement à leur réhabilitation, il paraît bien utile de revenir sur cette histoire. Or les auteurs de ce livre nous offrent une lecture profondément renouvelée par un recours systématique aux archives, manuscrites ou imprimées, et clairement structurée par cette attention aux causes profondes de ces mutations, dont la dernière se produit sous nos yeux.

Au lecteur maintenant d’entrer dans ce territoire défriché, balisé, éclairé, sous la conduite des meilleurs guides.

Claude Mignot
Centre André Chastel, université de Paris-Sorbonne

Parution : Décembre 2016
Couverture cartonnée gaufrée
avec jaquette
Format : 21 x 27 cm
592 pages
660 illustrations

Collection Cahiers du patrimoine

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 53 863

13. Les évasions célèbres – Jacqueline de Bavière (1972)

Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut, de Hollande et de Zélande, dessin du recueil d'Arras

Nouvelle rubrique du blog : les évasions : Souveraine des provinces de Hainaut, de Hollande, de Zélande et de Frise, Jacqueline de Bavière mène une existence paisible en ce premier quart du XVème siècle. Elle se retrouve cependant au cœur d’un conflit politique et militaire entre les Ducs de Bourgogne et les Anglais. Emprisonnée avec sa suivante, elle devra jouer de sa beauté et d’intelligence pour parvenir à s’enfuir …

Pour lire la vidéo youtube

Les Évasions célèbres ou Les Grandes Évasions historiques est une série télévisée francoitaloaustrohongroise en 13 épisodes de 55 minutes et diffusée en France à partir du lundi 6 mars 1972 sur la première Chaîne de l’ORTF.

 jacq. de Bavi…re

Elle était la dernière comtesse du Hainaut…

Elle aimait le pouvoir, celui que donna le Moyen Âge aux femmes qui recevaient en dot des villes et des territoires…

Elle était belle et elle aimait l’amour…

 Jacqueline de Bavière, que l’on appela la Folle Aimante, est une figure étonnante de l’histoire de notre pays.

Cette héroïne prend sous la plume de l’auteur une dimension humaine qui rend le contexte historique de ce 15e siècle terriblement vivant.

Petite-fille de Philippe le hardi, duc de Bourgogne, cousine de Philippe le Bon, fille de Guillaume IV duc de Bavière, comte du Hainaut, de Hollande et de Frise, Jacqueline naquit en 1401.

Dès 1406, soit à l’âge de 5 ans, elle épouse le Dauphin de France, Jean de Tourraine. Devenue veuve, mais aussi comtesse héritière, elle se remarie l’année suivante avec son cousin le Duc Jean IV de Brabant. Ce mariage annulé pour raison de consanguinité, elle devient l’épouse du Duc Humphrey de Gloucester, fils du Roi Henri IV d’Angleterre.

Héritière de riches domaines jalousement convoités, elle dut défendre ses droits contre la rapacité des Bourguignons et lutter pour disposer librement de sa personne, au mépris des calculs politiques de ses prétendus protecteurs.

C’est après de nombreuses péripéties et au prix d’immenses sacrifices, qu’elle finira par épouser son seul grand amour : son geôlier, le stathouder de Hollande Frans van Borselen.

On sourit devant les attitudes puériles d’enfant gâtée et autoritaire que put avoir Jacqueline, on s’émeut devant le destin tragique d’une petite orpheline, mariée de force, on se réjouit de la voir se démener avec intelligence pour garder sa dignité de suzeraine face aux Bourguignons, mais on s’indigne aussi parfois face à certains de ses comportements cruels…

 Jacqueline de Bavière était une femme, une vraie.

Auteur : Walther-Georges Debefve

 

14568042_10154039133838997_4135132077425372860_nIndépendamment de mes activités sur les blogs Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des … et FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES : 

Je vous invite à découvrir ce nouveau site, fruit du travail de plusieurs mois de recherche, d’errance vagabonde et d’itinérance. Bonne lecture.

Odyfolio Emirates est le site d’information touristique de référence sur Dubaï, Abu Dhabi, les Émirats Arabes Unis (EAU), Oman, etc

La chaîne You Tube OdyFolio Emirates est désormais lancée

Pour visiter le site http://www.odyfolioemirates.com/fr/

Philippe Poisson est un ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Le blog de Philippe Poisson – Articles à votre disposition concernant l …

2 157 458 visiteurs uniques au 24 novembre 2016

Philippe poisson – Google+ 53 863

Enregistrer

Ruby Bridges Hall, première enfant noire à intégrer une école pour enfants blancs en Louisiane.

Ruby Bridges Hall est née en 1954, c’est la première enfant noire à intégrer une école pour enfants blancs en Louisiane.

Son père était réticent mais c’est sa mère qui l’a convaincu qu’il était temps de faire changer les choses.

À cause de l’opposition des blancs à intégrer les noirs, elle eut besoin de protection pour entrer à l’école. Mais, les officiers de police locaux et de l’État refusant de la protéger, elle fut accompagnée par des « marshall » fédéraux.

Quand Ruby arriva à l’école, des parents blancs entrèrent aussi mais sortirent leurs enfants de l’établissement. Tous les enseignants, à l’exception d’une professeur blanche, refusèrent également de faire cours s’il y avait une enfant noire dans l’école. Seule Barbara Henry, qui était originaire de Boston, accepta de faire cours à Ruby. Pendant un an, Mme Henry enseigna donc uniquement à Ruby, comme si elle enseignait à toute une classe. Le Salon des dames

 

Les 65 000 infirmières américaines qui débarquèrent peu après le débarquement du 6 juin 1944 …

Le débarquement du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie fut la plus grande opération amphibie et aéroportée de tous les temps. Aujourd’hui encore, des millions de visiteurs viennent se recueillir sur les Plages du débarquement et ainsi rendre hommage aux soldats qui ont libéré la France.

Mais l’on ne parle pas souvent des 65 000 infirmières américaines qui débarquèrent peu après et qui passèrent plus d’un an à soigner les blessés dans le plus grand dévouement.

Elles ont également beaucoup donné à la France.

Nous leur disons MERCI. Le Salon des dames

11. Les évasions célèbres – L’étrange trépas de monsieur de la Pivardière (1972)

Nouvelle rubrique du blog : 1597 : M.Louis de la Pivardière rentre au château et surprend sa femme avec l’abbé Charoz s’ensuit une dispute. Au matin M. de la Pivardière a disparu. Marguerite Chauvelin ( Mme de la Pivardière) est accusée par ses servantes d’avoir assassiné son mari avec l’aide de l’abbé Charoz. L’affaire prend une tournure vaudevillesque lorsque réapparaît M.de la Pivardière…

Les Évasions célèbres ou Les Grandes Évasions historiques est une série télévisée francoitaloaustrohongroise en 13 épisodes de 55 minutes et diffusée en France à partir du lundi 6 mars 1972 sur la première Chaîne de l’ORTF.

Pour en savoir plus voir la vidéo youtube

51zsd8ybfbl-_sx345_bo1204203200_Parution du livre le 6 novembre 2008 – Curé de Poulaines pendant six ans, l’abbé Eugène-Pierre Duroisel consacre une monographie très complète à la commune. Tant d’un point de vue généalogique qu’historique, le lecteur y puisera une multitude d’informations. Qu’il s’agisse de la seigneurie, des fiefs, de la paroisse, des prieurés ou de l’abbaye de Barzelle, l’auteur a compulsé de nombreux documents pour retracer les événements ou la vie de tous ceux qui en ont marqué le passé. Il raconte de manière très détaillée le différend qui opposa pendant de longues années Jean du Chèvre aux messieurs de Rymbé et qui prit une tournure dramatique. Le mariage de Marguerite Chauvelin avec Louis de la Pivardière est également à l’origine d’événements qui n’ont pas été totalement élucidés. Frivole et volage, la jeune femme fut surprise par son mari au soir du 15 août 1597, en joyeuse compagnie ; ce qui provoqua une scène. Au matin, Louis de la Pivardière avait disparu. Marguerite Chauvelin fut accusée par ses servantes d’avoir assassiné son mari. L’affaire criminelle prend alors une tournure vaudevillesque lorsque le mari réapparaît sain et sauf mais coupable de bigamie. Les actes notariés et les procès émaillent fréquemment l’histoire de la seigneurie et des fiefs environnants. Citons celui qui opposa Messire de Boisvilliers à Florimond du Puy, ou encore celui qu’intenta un de ses descendants à l’épouse de Pierre Pépin, sieur de la Thibaudière, pour avoir dit du mal de sa femme. L’auteur décrit aussi, avec force détails, les édifices religieux. Il répertorie les possessions des… © Micberth

  • Éditeur : Livre Histoire
  • Collection : MVVF