Joseph Fontanet, homme politique sans histoire, victime probable d’un crime de hasard …

Par · Publication 26 décembre 2016 · Mis à jour 26 décembre 2016

 1-copie-11Le 31 janvier 1980, vers minuit, un coup de feu retentit au n° 36 du boulevard Emile-Augier. (XVIe arrondissement de Paris) Joseph Fontanet s’effondre, la tête sur le trottoir, le corps entre deux voitures. Il est blessé mortellement au thorax par une balle de 11,43 millimètres. Ministre du général de Gaulle et de Georges Pompidou, Joseph Fontanet a instauré des cours d’éducation sexuelle à l’école lorsqu’il avait la charge de l’Éducation nationale. On évoque l’acte gratuit d’une bande de loubards. Certains soupçonnent un automobiliste irascible, d’autres encore une erreur de truands. Le meurtre reste aujourd’hui inexpliqué…

Une vidéo d’appui Attentat contre Joseph Fontanet

2030483892Parution du livre le 6 juin 2012 : Pourquoi Dalida a-t-elle absorbé trop de médicaments un dimanche de mai 1987 ? Robert Maxwell est-il tombé de son yacht ou l’a-t-on poussé ? L’assassin de Sophie Toscan du Plantier, la femme du célèbre producteur, est-il l’un de ses voisins ?Marie-France Pisier, Alain Colas, Amy Winehouse, Lolo Ferrari, Joseph Fontanet… et tout récemment Whitney Houston : autant de célébrités disparues dans d’étranges circonstances, qui laissent aux proches comme au public un goût amer.Certaines enquêtes ont été bâclées, des pièces à conviction ou de notables anomalies étant curieusement oubliées. Parfois, l’enquête de police reste inachevée, des années après.Avec la plume qu’on lui connaît Bernard Pascuito retrace les dernières heures de 14 personnalités hors du commun et s’interroge sur les vraies raisons de leur disparition.

  • Éditeur : Archipel
  • Collection : Politique, idée, société

Il y a dans ce livre des morts imprévisibles, comme celle de Joseph Fontanet, homme politique sans histoire, victime probable d’un crime de hasard, flingué alors qu’il rentrait tranquillement un soir à son domicile parisien... 

1980 : le mystérieux assassinat de Joseph Fontanet – Pas de témoins, pas de pistes: la mort de Joseph Fontanet n’a jamais été élucidée. Pourtant, elle frappe l’opinion, qui apprend le 2 février 1980, que cet ancien ministre de la Santé sous Pompidou en 1962, puis du Travail sous Chaban-Delmas en 1969, a été assassiné par balle, la veille sur le trottoir devant son domicile du XVIe arrondissement de Paris. C’est le troisième ministre ou ex-ministre qui meurt dans des circonstances violentes ou troubles pendant le septennat Giscard d’Estaing après Jean de Broglie et Robert Boulin. Qui pouvait en vouloir à cet homme à l’intégrité unanimement reconnue, retiré de la vie politique depuis quelques années? Seule certitude, le tireur était en voiture. Faute de pistes, les hypothèses les plus diverses circulent. La police écarte les revendications de mystérieuses Brigades autonomes révolutionnaires. Le meurtre serait-il lié à un scandale impliquant le casino d’Annecy et le financement d’un gros projet immobilier par la SODEREC (la branche immobilière du groupe Crédit Mutuel), à la tête de laquelle Fontanet opère, comme l’évoque un journal? Vengeance privée, automobiliste fou? La police conclura que Joseph Fontanet a été la victime innocente d’un gang de voyous mais n’obtiendra aucun aveu. A ce jour, le mystère reste entier. (Libération : 11 septembre 2015 – Ces morts mystérieux de la Ve République).

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s