Migrant, mon frère

Aura-t-on tout entendu sur cette crise des « migrants » ? Les vocables les plus ignobles se font concurrence. Les amalgames les plus honteux martèlent le champ médiatique. On pensait le mot « camp de concentration » définitivement banni, pourtant la réalité est là. Comment se faire une idée ? Comment faire le tri entre nos émotions, entre un enfant mort sur une plage et les zones de non-droit aux abords de Calais ? Quel espace reste-t-il aux discours intelligibles et apaisants?

Pour en savoir plus voir le billet publié le 5 novembre 2016 par Jean Frédéric DESAIX sur le site Migrant, mon frère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s