« La Taularde » d’Audrey Estrougo

taularde« La Taularde » d’Audrey Estrougo envoie la ravissante Sophie Marceau derrière les barreaux. L’ambition est bien là mais la jeune cinéaste échoue à donner de la puissance à sa peinture sans concession du milieu carcéral. Très décevant !
« L’amour est de toutes les passions la plus forte parce qu’elle attaque à la fois la tête, le cœur et le corps », écrivait Voltaire en 1862 dans Les pensées philosophiques. Une citation qui pourrait bien seoir à la personnalité de Mathilde, l’héroïne hardie de La Taularde, quatrième long métrage de la réalisatrice française Audrey Estrougo. Pour sauver l’homme de sa vie, cette dernière va en effet jusqu’à l’aider à s’échapper de prison, prenant in fine sa place derrière les barreaux. Une abnégation de tous les diables qui la conduit ainsi à devenir une taularde comme une autre, loin de ce mari dont elle n’a plus aucune nouvelle…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site lci.fr/cinema/la-taularde-sophie-marceau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s