Anne Revillard, La cause des femmes dans l’État. Une comparaison France-Québec

1540-1Comment l’État peut-il aider les femmes ? Cette question motive l’étude menée par Anne Revillard et dont rend compte ce livre, version revue et actualisée de sa thèse de doctorat soutenue en 2007. La question l’amène à se pencher sur les institutions dites du « féminisme d’État », instaurées à partir des années 1960-1970. La notion regroupe à la fois des instances ministérielles (secrétariats et ministères dédiés aux femmes), des institutions consultatives (Conseil du statut de la femme au Québec, Observatoire de la parité en France de 1995 à 2013), l’administration centrale chargée de ces politiques et ses réseaux déconcentrés en province (appelés services des droits des femmes en France par exemple) ou encore de structures hybrides, comme, en France, les CIDF (Centres d’information des droits des femmes) au statut d’association mais sous la tutelle de l’État. La politiste propose de les considérer comme des institutions militantes. Elle cherche à saisir la place spécifique qu’elles occupent à la fois au sein de l’État et par rapport à d’autres organisations (associations, collectifs de femmes…)…

Pour en savoir plus voir le billet publié par Maud Navarre sur le site lectures.revues.org/21172

Anne Revillard, La cause des femmes dans l’État. Une comparaison France-Québec, Grenoble, PUG, coll. « Libres cours », 2016, 265 p., ISBN : 9782706125492.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s