Mille femmes blanches : les carnets de May Dodd

51EMBHSPV1L._SX210_Parution du livre le 5 mai 2011 – 1874. Une délégation cheyenne emmenée par Little Wolf, un de ses chefs, négocie mille épouses pour ses guerriers avec le gouvernement des colons pour faciliter l’intégration du peuple amérindien. Ainsi, la descendance se faisant par la mère dans leurs coutumes, les enfants nés de ces unions mixtes seraient ipso facto des membres de la tribu des Blancs. Si ce recrutement matrimonial se veut sur la base du volontariat, la plupart des femmes vient en réalité des prisons et des asiles.

May Dodd est l’une d’entre elles. Sa famille l’y a enfermée pour avoir aimé un homme bien en dessous de sa condition bourgeoise et, de surcroît, porté ses enfants hors mariage. Curieuse et cultivée, et surtout mue par son élan vital, May saisit cette occasion au vol pour recouvrer une part de sa liberté.

Elle fait donc partie du premier contingent de femmes blanches envoyées épouser les Cheyennes.

Ce sont donc ses carnets que nous lisons. Nous y découvrons avec elle et ses compagnes une liberté de mouvement inespérée, l’Ouest sauvage et une culture aux antipodes du monde dit «civilisé». À leurs côtés, nous nous en étonnons, offusquons, émerveillons. Nous rions, tremblons, nous révoltons avec elles, pour défendre un peuple condamné à disparaître.

Mille femmes blanches est un très bon roman d’aventures, fascinant par son engagement et son humanité, le premier traduit en français de Jim Fergus. À découvrir… ou à redécouvrir !

AVT_Jim-Fergus_5933Né d’une mère française et d’un père américain, Jim Fergus, chasseur, pêcheur, et cuisinier hors pair, est chroniqueur dans de nombreux journaux américains.

Ses parents décèdent alors qu’il a 16 ans et il part vivre dans le Colorado ou il poursuit ses études. Il vivra ensuite en Floride où il est professeur de tennis avant de revenir dans le Colorado en 1980.

Il s’installe dans la petite ville de Rand, qui compte treize habitants, pour se consacrer exclusivement à l’écriture.

Il publie en tant que journaliste de nombreux articles, essais ou interviews dans la presse magazine et collabore à des journaux.

Son premier livre, A Hunter’s Road (Espaces sauvages), mémoire de voyage et de sport, paraît en 1992.

Son premier roman, One Thousand White Women (Mille femmes blanches), l’histoire de femmes blanches livrées aux indiens par le gouvernement américain pour partager leur vie, est publié aux États-Unis en 1998 et rencontre le succès.

Il a sillonné seul avec ses chiens le Middle West, pendant plusieurs mois, sur les pistes des Cheyennes, afin d’écrire ce livre.

Son second roman The Wild Girl (La Fille sauvage), paraît en 2005, celui-ci raconte cette fois l’histoire d’une Apache enlevée à sa tribu en 1932.

Il a ensuite publié Marie Blanche en 2011, l’histoire de sa propre famille à travers celles de sa mère et de sa grand-mère et en 2013 « Chrysis », l’histoire (authentique) d’une jeune peintre Gabrielle Jungbluth dans le Montparnasse des années vingt.

Auteur : Jim Fergus

Traducteur : Jean-Luc Piningre

Genre : Romans et nouvelles – étranger

Éditeur : Pocket, Paris, France

Collection : Pocket, n° 11261

cropped-11232117_10152999472353997_1356031260931184515_n1.jpgEn parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson est ancien formateur des personnels à l’administration pénitentiaire. Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726), il contribue régulièrement au carnet de recherche de Criminocorpus.

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s