Les bonnes bretonnes à Paris dans les années 1960 : du changement dans le rapport offre et demande

Avant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs centaines de milliers de jeunes filles bretonnes montent à Paris dans l’espoir d’y trouver un travail en tant que bonne à tout faire dans une famille bourgeoise ou commerçante de la capitale.1 Ces « parias de Paris » sont caricaturées par le personnage de fiction Bécassine, jeune fille naïve et maladroite débarquée de sa Cornouaille natale. Un cliché jugé dégradant par de nombreux Bretons qui le combattent. Mais qu’en est-il de la situation de ces employées de maison après-guerre, alors que la Bretagne connaît une phase de modernisation importante dans les années 1960, impulsée notamment par le CELIB, une période souvent nommée « le miracle breton » ?…

Pour en savoir plus voir le billet de Thomas PERRONO publié sur le site En Evor

ob_462626_ob-056637-p1150922En parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s