Pas de quartier pour la prostitution ! – CHRONIQUES AMÉRICAINES

Les États-Unis s’apprêtent à élire leur prochain(e) président(e). Deux fois par mois, cet horizon sera l’occasion d’explorer, avec Pascal Mbongo, un pays dont les contrastes et les mutations ne lassent pas d’en agacer certains et d’en fasciner d’autres – parfois les mêmes.

Cette troisième livraison de la série est consacrée à la prostitution. Avec l’incrimination pénale des clients de prostituées en passe d’être introduite dans la législation française, la France va dans le sens du choix opéré par les États-Unis, pour des raisons tout à fait différentes, au début du XXe siècle.

C’est un interdit légal majeur aux États-Unis depuis un siècle, la prostitution, qui fait l’objet d’une hyper-présence dans les images produites par les industries culturelles américaines, depuis les biatch(es) et les P.I. (pimp[s]), entendez « proxénètes ») des clips vidéos d’un certain rap, jusqu’à celles et ceux des séries policières ou du cinéma. Dans le cas du cinéma, Pretty Woman retient particulièrement l’attention dans la mesure où, sorti en 1990, le film de Gary Marshall rencontra l’un des plus importants succès populaires du cinéma hollywoodien. Ce n’est cependant qu’à partir des années 2000 que, l’avènement de l’Internet aidant, les critiques du film pour son triple caractère sexiste, paternaliste et « glamourisant » de la prostitution commencent de concurrencer sérieusement sa représentation initiale comme une « histoire de Cendrillon ».

Ce chassé-croisé est d’autant plus remarquable que la contestation par l’opinion publique de la légitimité de l’incrimination pénale de la prostitution ne s’est pas spécialement développée dans la même période. Bien qu’apparemment minoritaire, cette contestation est néanmoins lointaine puisque c’est à elle que l’on doit notamment la substitution proposée dans les années 1970 de l’expression sex worker à celle de prostitute par Carol Leigh alias Scarlot Harlot, activiste et prostituée de San Francisco …

Pour en savoir plus voir le billet publié le samedi 26 mars 2016 sur le site Non Fiction

cropped-11232117_10152999472353997_1356031260931184515_n1.jpgEn parallèle  du blog FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES vous pouvez retrouver également mon activité sur le blog Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des …

Le blog de Criminocorpus présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles…

Philippe Poisson – En savoir plus

Philippe poisson – Google+

 blog de Philippe Poisson

“Eysses la maudite”

Le projet expérimental « Respecto »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s