Archives mensuelles : mars 2016

André Zucca : 49 photos couleur de Paris sous l’occupation 1940-1944

49 incroyables photographies couleur de Paris sous l’occupation allemande entre 1940 et 1944, réalisée par le photographe André Zucca (1897-1973). Des photographies très rares puisque qu’à l’époque la photographie couleur était réservée aux photographies de guerre. Des scènes de vie prises sur le vif dans les rues de Paris. 250 de ces photographies ont fait l’objet d’une restauration et ont été exposées l’année dernière grâce au Comité d’histoire de la Ville de Paris…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Ufunk

Chaque trimestre, plongez dans l’univers de la justice, de l’investigation et du polar avec la revue « Sang froid »

revueChaque trimestre, les 160 pages de cette revue vous plongeront au cœur des affaires judiciaires, de l’investigation et du polar grâce à des articles fouillés et à contre-courant.

Le polar sera aussi à l’honneur avec, dans chaque numéro, une nouvelle spécialement écrite pour la revue par un auteur reconnu ainsi que des interviews et des portraits. Sans oublier les critiques de livres en rapport avec le polar et la justice.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de la revue Sang Froid

L’affaire Marcel Barbeault

Surnommé le « tueur de l’ombre » Marcel Barbeault est probablement l’auteur de 7 meurtres de femmes et d’un homme dans les alentours de Nogent-Sur-Oise dans les années 70.

Invité(e)s de l’émission de Jacques Pradel :

Agnès Grossmann, journaliste indépendante, spécialisée dans le domaine de la justice, auteure de l’article consacré à l’affaire Barbeault dans le premier numéro de la revue Sang Froid Daniel Neveu, ancien policier, inspecteur à Creil dans les années 1970 ; Stéphane Damian Tissot, rédacteur en chef de la revue trimestrielle Sang Froid.

Pour en savoir plus voir le billet publié le 24 mars 2016 sur le site de l’émission RTL L’Heure du crime

L’île aux Femmes

l-ile-aux-femmes.jpgL’étude d’un mythe des origines, celui de l’île où ne vivent que des femmes, nous transporte de la Chine archaïque, Taiwan et l’océan Pacifique aux églises romanes, en passant par les tribus amérindiennes et sibériennes, puis les routes de la soie, pour remonter à la naissance du jade en Mongolie intérieure il y a 8 000 ans. Pourquoi ? Parce qu’avant la multiplication des cliniques et des hôpitaux, accoucher signifiait risquer la mort en donnant la vie, terrible raccourci de la condition humaine, fondamentale épreuve du couple. Aussi prégnante qu’omniprésente, cette thématique permet de retracer le peuplement originel de l’Asie, du Pacifique, des Amériques. D’accompagner les maîtres d’astres et de navigation polynésiens capables de vaincre le tiers liquide du globe grâce à une connaissance intime de la nature. De planer avec l’aigle des chamanes navajo, migrer avec les cygnes d’Asie centrale. L’immense érudition de Serge Dunis, puisant aux sources les plus diverses — anthropologiques, historiques, maritimes, naturalistes —, alliée à ses talents de dessinateur, permet de revivre cette épopée.

Serge DUNIS – A débuté sa carrière à l’université Victoria de Wellington puis a successivement exercé aux universités de Paris XIII, Provence (Aix et Avignon), Portland (Orégon), Hawai’i, Antilles-Guyane (Martinique), Paris III Sorbonne-Nouvelle et Polynésie française.
CNRS Éditions

“ Je t’ai prise avec plaisir, je te quitte sans regret » – Lettre du Vicomte de Valmont à la Présidente de Tourvel

Le 23 mars 1782 paraissait l’ouvrage le plus scandaleux du XVIIIème siècle : Les Liaisons Dangereuses. Ce roman épistolaire magistral retrace les jeux pervers de manipulateurs libertins sans foi ni loi qui finiront par être eux-mêmes victimes de leur dépravation. Après avoir séduit la farouche Présidente de Tourvel suite à un défi lancé par la Marquise de Merteuil, le Vicomte de Valmont se laisse prendre au piège de l’amour. Voyant qu’il tombe réellement sous le charme de sa rivale, la Marquise le somme de rompre avec sa belle en lui faisant parvenir cette exemple de lettre de rupture dont il se servira pour se séparer de la seule femme qu’il aima, causant leur perte à tous…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le  site des correspondances et  des lettres