Archives mensuelles : février 2015

Femmes pirates – Les écumeuses des mers

Femmes pirates - Les écumeuses des mers

Parution du livre le 19 février 2015Loin des stéréotypes, le rôle des femmes en piraterie ne s’est pas toujours limité au «repos du guerrier», bien au contraire… Embarquez aux côtés des écumeuses des mers, ces femmes pirates éprises de liberté et prêtes à défier l’humanité tout entière, et découvrez les destins extraordinaires de ces filles de l’ombre, parfois travesties, souvent impitoyables et toujours aventureuses, qui surent s’imposer dans l’univers exclusivement masculin de la flibuste.

Extrait – ALFHILD DE GOTLAND – LA MÉTAMORPHOSE D’UNE PRINCESSE

Rapides et silencieux, les navires effilés d’Alfhild courent sur leur erre. Dans un léger chuintement, les coques de chêne à fond plat se posent en douceur sur le rivage où vient mourir la forêt. Les équipages sautent dans l’eau glacée. En un élan conjugué, ils halent les embarcations à sec. Ils sont adroits. Ils ont l’habitude.
Cette nuit, on couchera à terre dans ce fjord étroit et profond de Finlande bien abrité du vent et des terreurs océanes. La veille, on a passé la nuit en mer : on a mouillé les ancres de bois, attaché les navires ensemble, on s’est serré dans les hudfats, les grands sacs de cuir fourrés dans lesquels on a aussi rangé les armes. Tout le monde a mal dormi, tenu en éveil par la crainte des ténèbres et la peur des monstres marins (seraient-ils vraiment écartés par la magie des figures de proue ?). Alfhild est heureuse de n’avoir pas à imposer la même épreuve à ses compagnons ce soir.
Les guerriers amarrent aux pins les bateaux échoués. D’autres débarquent les tentes et les chaudrons de fer. D’autres encore ramassent du bois et allument de grands feux. Une suave odeur de résine brûlée se répand. Bientôt s’y mêle le fumet de la viande et des pommes qui mijotent ensemble. Ce soir on mangera chaud et quelques rasades de bière feront oublier le poisson séché de la veille, si dur qu’il a fallu le tremper dans l’eau froide pour en venir à bout. Enfin, toutes tâches accomplies, on s’assied autour des foyers, le casque à ses côtés.
Alfhild, d’un coup d’oeil circulaire, examine ses marins. Singulier équipage, composé en majorité de femmes qu’elle a choisies elle-même, une à une. Elle n’a jamais eu à se plaindre de ses recrues, habituées à naviguer depuis l’enfance dans ce pays d’eau et de bois où les fleuves transforment en dentelle les terres de mousse et de lichen et dont la mer achève de déchiqueter les côtes ; elle est satisfaite, ses femmes font honneur à l’idéal viking, un peuple de guerriers et de marins endurcis par un climat où ne survivent pas les faibles, un peuple qui rend hommage à des dieux sanguinaires, un peuple, aussi, habitué à évoluer dans le drame et la violence.
À peine les flammes commencent-elles à réchauffer les membres engourdis et la viande de renne à apaiser la faim, que les guetteurs signalent l’arrivée de navires inconnus. Une flotte hésite à l’entrée du fjord. En Scandinavie en ce temps-là, tout étranger est un ennemi potentiel, aussi Alfhild, oubliant le festin, veut-elle se donner l’avantage de l’attaque. Surtout, ne pas se laisser piéger dans le resserrement du golfe. Tout se passe très vite. Les amarres sont larguées, les navires sont poussés à l’eau et, à grands coups de rames, les équipages se jettent en mer à la rencontre des nouveaux venus dans l’espoir que ce repas troublé sera compensé par quelque nouvelle prise. (…)
Présentation de l’éditeur : «Barbe rousse, barbe noire et jambe de bois, oreille percée, gueule balafrée, telle est l’image populaire de la piraterie dans l’inconscient collectif. Un imaginaire nourri d’une exubérante iconographie, d’une impressionnante filmographie et d’une non moins abondante littérature en tout genre. Mais la piraterie présente également un autre visage. Un visage féminin qui n’en est pas plus tendre. Voici l’histoire de quelques-unes d’entre elles.»

Loin des stéréotypes, le rôle des femmes en piraterie ne s’est pas toujours limité au «repos du guerrier», bien au contraire… Embarquez aux côtés des écumeuses des mers, ces femmes pirates éprises de liberté et prêtes à défier l’humanité tout entière, et découvrez les destins extraordinaires de ces filles de l’ombre, parfois travesties, souvent impitoyables et toujours aventureuses, qui surent s’imposer dans l’univers essentiellement masculin de la flibuste.

Biographie de l’auteure : Marie-Ève Sténuit est née à Bruxelles en 1955. Historienne de l’art et archéologue, elle pratique l’archéologie sous-marine et participe à des fouilles terrestres au Proche-Orient. Elle partage le reste de son temps entre la Belgique et l’Indonésie. Elle est l’auteur de plusieurs romans remarqués, notamment Les frères Y, publié au Castor Astral en 2005 et réédité en 2015.