Archives mensuelles : janvier 2006

L’essentiel sur l’histoire du costume pénal – Les femmes incarcérées (4)

ob_312c58_femmes1Date de parution du document le 06 janvier 2006 – Les femmes incarcérées – Elles bénéficient très tôt d’une faveur non négligeable : elles ne sont pas astreintes au port des sabots pendant les transferts. On les autorise à porter des souliers. Il est de même précisé que « les femmes ne seront point enchaînées, quelque soit la nature de leur peine ».1 On tient compte alors de leur fragilité et de leur délicatesse, étant entendu à l’époque que, physiquement, les femmes sont moins robustes que les hommes. Faut-il y voir un plus grand respect ou plutôt une plus grande compassion à leur égard ?

A la centrale de Montpellier dans les années 1920, les détenues portent l’été une robe de toile rayée bleue et blanche ainsi que les sandales. Souvent un détail permet de signaler la condamnation : à Haguenau, toujours à la même époque, les femmes condamnées à la réclusion à perpétuité portent un fichu blanc, les autres, un bleu. A la maison centrale de Rennes, le numéro d’écrou inscrit sur les vêtements est souligné d’un trait pour les condamnées à l’emprisonnement, de deux traits pour les condamnées à la réclusion, et il est encadré pour les condamnées aux travaux forcés.

Clichés Henri MANUEL – Ministère de la JUSTICE

Pour en savoir plus

  • Jean Pierre DELMAS SAINT HILAIRE, « les vêtements du détenu », RSC, Chronique pénitentiaire, avril-juin 1980, page 471.

  • Jean-Joseph Clémens, La légende noire du bagne – Le journal du forçat Clémens, Éditeur Gallimard, 1er mai 1992.

  • François BOUILLANT, « La prison sans fin. Droguets / Bures / Cilices / A propos de la tenue pénale », Revue Actes, juin 1982.

  • Jacques GOMBERT, La vie quotidienne dans les bagnes et les prisons françaises au IXe siècle, mémoire, 13e promotion de sous-directeurs, Ministère de la Justice,E.N.A.P., octobre 1985.

  • Emmanuelle JULLIEN, Costume pénal ou vêtements personnels : quel équilibre entre intérêt des détenus et missions de l’Administration pénitentiaire ? Mémoire de directrice stagiaire, 29e promotion, Ministère de la Justice, E.N.A.P., 2000.

  • Jean Pierre FOURNIER, La vie des forçats de Saint-Martin-de-Ré à la Guyane, Éditions les Créations du Pélican.

  • Julien MOULARD, « La tenue et ses effets. Étude du statut de l’uniforme dans l’Administration Pénitentiaire », 25e promotion d’élèves-directeurs, 1992.

  • Michel PASTOUREAU, « L’étoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés », La Librairie du XXe siècle, Seuil, 1991.

  • L’Étoffe du diable : Une histoire des rayures et des tissus rayés

Philippe POISSON – 6 janvier 2006

 1 Arrêté du 12 mars 1839 qui détermine les mesures de sûreté à prendre à l’égard des condamnés transportés par les voitures cellulaires.