Archives mensuelles : avril 2005

La véritable Jacqueline Auriol – Voler pour vivre (un livre et une vidéo d’appui)

Parution du livre le 16 février 2005 – Jacqueline Auriol, belle-fille du président de la République Vincent Auriol, commence en 1947 une carrière d’aviatrice. En juillet 1949, passagère à bord d’un avion amphibie, elle est victime d’un terrible accident qui la laisse défigurée. Elle ne retrouve un visage qu’après vingt-deux interventions de chirurgie esthétique et décide, comme une revanche sur le destin, de réussir dans un métier d’hommes, celui de pilote d’essai. Ses qualités professionnelles, sa dignité, son charme, son courage lui attirent rapidement le respect de tous. Cinq fois, entre 1951 et 1963, elle est la femme la plus rapide du monde. A partir de nombreux témoignages inédits, Jean-Pierre Poirier retrace ici la passionnante aventure d’une jolie femme, adulée et mondaine, qui devint l’ambassadrice de l’aéronautique française et une héroïne des temps modernes.

Biographie de l’auteur :

Jean-Pierre Poirier, docteur en médecine et en sciences économiques, a dirigé pendant 25 ans la recherche de trois grands laboratoires pharmaceutiques français. Mettant son expérience au service de l’histoire des sciences et des techniques, il a publié plusieurs études biographiques : Marat, Lavoisier, Turgot, Madame Lavoisier et une Histoire des femmes de science en France qui lui valent l’estime des spécialistes en France et aux États-Unis.

Une vidéo d’appui You Tube :
Ajoutée le 11 août 2014 – Le 21 décembre 1952, Jacqueline Auriol bat un record de vitesse féminin sur avion à réaction Mistral à la moyenne de 855,92 km/h. L’Américaine Jacqueline Cochran lui reprend ce record le 20 mai 1953 à 1.050 km/h.

Le 15 août 1953, elle est la première Européenne à franchir le mur du son, à bord d’un Mystère II.

Le 20 avril 1954, elle entre à l’École du personnel navigant d’essais et de réception (EPNER) et en sort le 18 novembre 1955, brevetée pilote d’essai.

Le 31 mai 1955, elle reprend le record de vitesse avec 1.151 km/h sur Dassault Mystère IV. Le 22 juin 1959, elle porte le record à 1.849 km/h sur Mirage III C puis le 14 juin 1963 à 2.030 km/h sur Mirage III R. La société Dassault lui demande ensuite de réaliser des records sur l’avion d’affaires Mystère-Falcon 20.

Lien utile sur le blog :

« Une guêpe  » : Jacqueline Cochran, colonel dans l’USAF…