Archives mensuelles : mars 2005

La femme du prisonnier

La femme du prisonnier

Parution du livre  le 1er mars 2005 : Cent mille tués. Cinquante mille veuves. Deux millions de prisonniers. Un million d’épouses abandonnées. Avenir compromis, foyers déchirés, familles anéanties. Telles furent certaines conséquences de la défaite de l’armée française de juin 1940.

Pensée, voulue, programmée par les hommes, la guerre détruit celles-là même qu’ils ont pour vocation de protéger : leurs mères, leurs filles ou leurs femmes.

Trois personnages dominent ce récit poignant : Louis, le maire du village, assume avec autorité et compétence les devoirs de sa charge en de rudes circonstances ; Claire, “la sombre veuve”, se sacrifie et succombe à un amour impossible ; Madeleine enfin, la femme du prisonnier, confrontée aux affres de la solitude, gravit dignement et courageusement son interminable calvaire au sein d’un environnement périlleux.

L’auteur, Hubert Jorand, né Champenois aux franges de la Franche-Comté, a “fêté” ses vingt ans en 1942. Il fut acteur et témoin de cette époque. Il se penche dans ce livre sur un drame trop peu évoqué, celui des femmes – dont la plupart furent admirables – qui surent affronter seules d’immenses difficultés matérielles, financières, morales ou sentimentales, menant dans l’attente angoissée du retour d’un mari absent, une lutte farouche pour la subsistance et le maintien du foyer conjugal.

L´auteur nous fait pénétrer dans l´univers d´un petit village de France, semblable à tous les autres, pour satisfaire un devoir de mémoire. Ce petit roman, tout en évoquant la vie d´autrefois, les lavandières, les paysans, le vieux curé, la sage-femme, la vie sociale d´une bourgade., nous plonge dans les eaux troubles de la Seconde Guerre mondiale avec ses drames, ses injustices, ses héros, ses victimes. : conservant pour l´ensemble un souci d´objectivité très appréciable.

Éditeur: RESIAC